La fin de la première journée de l’Inter-lycée approche à grands pas. Premièrement, Teshima, un gars ordinaire autoproclamé, vise la colère contre le prodige Manami. Ensuite, Sohoku et Hakone se battent à nouveau, cette fois pour la victoire ultime du premier jour. Mais cette course à deux devient vite une course à trois !

Car bien sûr Midousuji revient. Parce que comment les lecteurs pourraient-ils survivre sans ses tentatives d’être un Titan avec des visages de mèmes à la Anya ?

Et si cela semble bizarre, eh bien, je ne veux plus jamais entendre parler de mes mauvais jeux de mots avec “Toney Pusham-kun” étant le nom de la nouvelle compétence spéciale d’une certaine personne…

Oui, “étrange” décrit une grande partie de ce volume de Pédale Yowamushi. Certes, ce manga, ainsi que de nombreux autres titres sportifs shounen, sont souvent du côté bizarre, mais celui-ci est définitivement plus haut de gamme.

La partie la moins bizarre est probablement la bataille Teshima contre Manami. La chaîne de Manami s’est brisée dans le dernier volume, et la plupart des lecteurs devineront comment cela se passe. Pour cette raison, c’est plutôt anti-climatique, car c’est une fin qui ne fonctionne que dans la fiction pour ajouter plus de drame.

L’intrigue sportive reprend alors que Naruko / Imaizumi défient la paire Kuroda / Ashikiba de Hakone. Naruko est prêt à faire ses débuts en tant que joueur polyvalent, mais Hakone ne le considère pas comme une menace. Les querelles de Naruko et Imaizumi les font ressembler davantage à un duo comique qu’à un duo de coureurs, mais ils continuent de combler l’écart dans un va-et-vient avec Hakone. Dès que Hakone commence à tout mettre en œuvre, Midousuji et son partenaire, Kishigami, le futur agresseur sexuel condamné, changent la dynamique – dans la course et les visuels.

Avant cela, il y avait des moments où j’avais l’impression que la qualité de l’art baissait un peu, notamment pendant le scénario terriblement sous-utilisé sur la camionnette de soutien de Sohoku coincée dans les embouteillages alors que les coureurs se dirigeaient vers la zone de rafraîchissement. Midousuji a toujours été plein de regards fous et d’expressions exagérées, mais le mec est comme un briseur de mariage odieux qui essaie de photobomber chaque image. C’est un Titan, c’est Venom, il a des yeux extraterrestres, une bouche de robot – je ne peux même pas décrire toutes les représentations folles de Midousuji ici. Dans d’autres volumes, nous l’avons vu au moins être quelque peu contemplatif, mais ici, le plus proche que nous obtenons est sa suppression occasionnelle du rire. Eh bien, au moins jusqu’à ce qu’il sorte son dernier mouvement. Vous n’avez pas le temps d’apprécier l’intensité croissante lorsque Midousuji essaie d’être meme-y.

En ce qui concerne les capacités, qui savait que la façon dont une chemise se déchire ferait partie d’une compétence ? Et pour un autre, si même votre coéquipier proche est paniqué par votre “interrupteur”, ouais, c’est bizarre.

J’ai eu quelques moments de rire (Kaburagi essayant de devancer les instructions d’Aoyagi), mais Watanabe n’en profite jamais pour aider à secouer le “Je suis en avance!” “Non je suis!” sentir pour une grande partie du volume 20. Onoda prend un siège arrière pour pratiquement tout le livre, et même si je suis sûr que ses fans peuvent être un peu contrariés, je suis heureux de voir d’autres prendre les rênes.

Pourtant, je sentais que les choses n’allaient pas ici. Midousuji apparaît comme trop scandaleux pour être pris au sérieux, et cela détourne l’attention de Naruko qui veut se venger plus tôt. Un finish trop évident pour le tag montagne, et les allers-retours entre Imaizumi/Naruko et Sohoku/Hakone sont assez répétitifs. Pédale Yowamushi peut et a fait mieux, et malgré le fait de préparer le terrain pour une grande confrontation à trois, le volume 20 n’est pas une lecture incontournable.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires