Existe-t-il un lien entre les sous-domaines, les sous-répertoires et l’amélioration du classement dans Google ? Vérifions-le.

Les sous-domaines et les sous-répertoires vous permettent d’organiser des types de contenu spécifiques sur votre site Web.

Mais l’utilisation de sous-domaines ou de sous-répertoires peut-elle affecter votre classement dans les moteurs de recherche ?

Lisez la suite pour savoir s’il existe un lien entre les sous-domaines, les sous-répertoires et l’amélioration du classement dans Google.

L’affirmation : les sous-domaines et les sous-répertoires sont des facteurs de classement
Que sont les sous-domaines et les sous-répertoires ?

Les sous-domaines sont des sections de votre site Web.

Les parties en gras des URL suivantes sont des exemples de sous-domaines :

  • https://corporate.exemple.fr/
  • https://boutique.exemple.fr/
  • https://blog.exemple.fr/

Les sous-répertoires, quant à eux, sont des dossiers dans vos domaines. Vous pouvez avoir des sous-répertoires sur le domaine principal ainsi que sur vos sous-répertoires.

Les parties en gras des URL suivantes sont des exemples de sous-répertoires :

  • https://exemple.fr/boutique/
  • https://exemple.fr/blog/
  • https://blog.exemple.fr/categorie/

Les preuves que les sous-domaines et les sous-répertoires sont des facteurs de classement :

En 2007, Matt Cutts, anciennement responsable de l’équipe Webspam de Google, a écrit un article de blog sur les sous-domaines et les sous-répertoires.

“Un sous-domaine peut être utile pour séparer des contenus complètement différents.”

En 2011, en réponse à la mise à jour Panda de Google, HubPages a déplacé son contenu généré par les utilisateurs vers des sous-domaines.

Comme le rapporte le WSJ et Search Engine Watch, HubPages :

“…sont revenus aux niveaux de [trafic] d’avant Panda au cours des trois premières semaines depuis qu’il a activé des sous-domaines pour lui-même et plusieurs autres auteurs. Les autres auteurs ont vu une récupération significative, voire complète, de leur trafic web.”

Les preuves contre les sous-domaines et les sous-répertoires comme facteurs de classement

Google a confirmé à plusieurs reprises la manière dont il traite les sous-domaines et les sous-répertoires.

Dans la documentation de Google Search Central Support, vous trouverez ce qui suit :

“Est-il préférable d’utiliser des sous-dossiers ou des sous-domaines ?

Vous devez choisir ce qui est le plus facile à organiser et à gérer pour vous. Du point de vue de l’indexation et du classement, Google n’a pas de préférence.”

En 2013, Cutts a répondu à la même question sur la façon dont Google considère les sous-domaines et les sous-répertoires :

“Ils sont à peu près équivalents. Je choisirais essentiellement celui qui est le plus facile pour vous en termes de configuration, de vos CMS [systèmes de gestion de contenu]… tout ce genre de choses.”

M. Cutts a donné un exemple, celui d’une entreprise qui souhaite utiliser un autre CMS (tel que WordPress VIP ou Tumblr) pour alimenter son blog.

Il a poursuivi en disant qu’historiquement, Google affichait deux résultats par hôte. Cela permettait aux webmasters d’abuser des sous-domaines, en faisant suffisamment pour prendre le dessus sur les résultats de recherche.

Google a mis à jour son algorithme pour ne montrer qu’un ou deux résultats par domaine, rendant plus difficile pour les sous-domaines de prendre plus de places dans les résultats de recherche.

En 2018, John Mueller, avocat de Google Search, a été clair dans sa réponse quant à ce qui était le mieux pour le référencement – les sous-domaines ou les sous-répertoires :

“Google Web Search accepte l’utilisation de sous-domaines ou de sous-répertoires.”

Il a ensuite évoqué la différence de traitement entre les sous-domaines et les sous-répertoires :

“Certains serveurs facilitent la configuration des différentes parties d’un site web en tant que sous-répertoires. Cela nous aide pour l’exploration car nous comprenons que tout se trouve sur le même serveur et pouvons l’explorer de la même manière.”

En ce qui concerne les sous-répertoires, Mueller a déclaré :

“Vous devrez vérifier les sous-domaines séparément dans Search Console, apporter des modifications aux paramètres et suivre les performances globales par sous-domaine. Il faut apprendre à les crawler séparément, mais pour l’essentiel, ce n’est qu’une formalité pendant les premiers jours.”

Les sous-domaines et sous-répertoires comme facteurs de classement : Notre verdict

Étant donné que vous devez vérifier les sous-domaines séparément dans Search Console, mais pas les sous-répertoires, on peut supposer que Google traite les sous-domaines comme des sites Web distincts.

Cela ne signifie pas que l’utilisation de sous-domaines ou de sous-répertoires est un facteur de classement Google.

À Lire Aussi :

Sébastian Magni est un Spécialiste du SEO et Inbound Marketing chez @LCM

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Anna kacey
Anna kacey
1 mois il y a

Il a poursuivi en disant qu’historiquement, Google affichait deux résultats par hôte. Cela permettait aux webmasters d’abuser des sous-domaines, en faisant suffisamment pour prendre le dessus sur les résultats de recherche.
youtubemp3song